Le blog de Marc Dubuisson

vendredi 15 mars 2013

Pourquoi le tome 3 de La Nostalgie de Dieu ne sera pas imprimé seul ?

Très souvent, on me demande s'il sera possible de se procurer le tome 3 inédit de la Nostalgie de Dieu autrement qu'en achetant l'Intégrââl. La réponse est non.

Pourquoi ?

Je sais que c'est frustrant pour ceux qui auraient déjà acheté les deux premiers tomes mais malheureusement, les circonstances nous ont obligés à agir de la sorte.
En effet, les éditions Diantre! ayant fait faillite, les exemplaires restants des deux premiers tomes ont été mis au pilon. Pour les novices du langage de l'édition, cela signifie que les livres ont été détruits.

Dès lors, il aurait été un peu idiot de sortir le tome 3 alors que les deux premiers tomes auraient été introuvables. En effet, on imagine mal quelqu'un n'ayant pas lu les deux premiers tomes acheter directement le tome 3.

Pourquoi pas rééditer les deux premiers tomes séparément ?

Lapin, qui édite cette Intégrââl, est une toute petite maison d'édition avec une marge de manoeuvre assez faible. En gros, faire 3 éditions différentes aurait coûté trop cher. En revanche, sortir les 3 tomes en un seul livre permet de réduire les coûts et d'éviter de se diriger immanquablement tout droit dans le mur.
De plus, beaucoup de gens m'ont dit vouloir offrir les deux premiers livres à un parent ou ami. Donc finalement, plutôt que de payer 3x16€, le prix revient à 27€ maximum, soit même pas le prix de deux tomes.

Si bien que de cette façon, les gens étant réellement lésés, sont les gens ayant acheté les deux premiers tomes. Ceux qui n'en ont acheté qu'un paieront finalement moins cher.

Je conçois donc que certains d'entre vous puissent se sentir lésés mais il fallait trancher et nous avons essayer de faire au mieux.

Enfin, on a fait en sorte que cette Intégrââl (de 300 pages, excusez du peu) soit plus que chouette.

Que faire des tomes déjà achetés ? Quelques idées :

- Offrez-les
- Revendez-les
- Donnez-les à un bookshop Oxfam
- Gardez-les de côté, on sait jamais, si je deviens une star de la BD ou que je me fais trucider par Civitas, ça pourrait valoir cher
- Servez-vous en pour stabiliser une bonne fois pour toutes le coin de cette bibliothèque Billy qui n'arrête pas de bouger depuis votre déménagement

En espérant que ces quelques explications vous auront fait comprendre les raisons de notre décision.
Bisous.

Marc

P.S.: si ça vous dit, je serai en dédicace ces 16 et 17/03 au salon du livre de Bondues et le 24/03 au salon du livre de Paris.

jeudi 24 janvier 2013

Vide-grenier

Tiens, j'ai retrouvé un édito que j'avais écrit pour un fanzine il y a quelques années. C'était juste après l'affaire des caricatures de Mahomet (qui a été une des motivations à l'origine de La Nostalgie de Dieu). Finalement, rien n'a vraiment changé depuis, sauf que la grippe aviaire est devenue la grippe A.

"Il ne faut pas confondre Caricature et Délit de faciès

Lectrices, lecteurs, l’heure est grave. Le monde du dessin va mal, l’univers de l’illustration explose, la bulle pète et le pitt bull. En effet, depuis les récents incidents inhérents aux caricatures du prophète M. (qui préfère garder l’anonymat, c’est son choix, respectons le), il n’est certainement pas hâtif d’affirmer que les dessinateurs ont déjà vécu des époques bien plus glorieuses et nettement moins stressantes.
Ainsi par exemple, notre ami Leonardo Da Vinci, à son époque, ne put-il pas passer de longues années à peaufiner le rictus d’une poissonnière de la banlieue romaine aussi hilare que Dieudonné dans une bar-mitsva, sans se voir menacé par une deadline damoclèsienne ne demandant qu’à lui fracasser la tête ? Ou encore, Neandertal, dans sa grotte, ne fut-il pas admiré pour sa peinture rupestre représentant un bison se faisant sodomiser par un cheval sans pour cela choquer les amis d’Omar Sharif ?

Le fait est que ces temps bénis semblent être révolus. Que nous prônions le droit à l’humour ou à la liberté d’expression, nous nous voyons dorénavant conseillés de lever le crayon tout en mettant la gomme. Notre création s’emprisonne dans l’angoisse de la feuille blanche de nos frustrations étouffées. Il nous faudrait sans cesse marcher sur des œufs, ce qui, vous en conviendrez, est chose extrêmement déconseillée alors que la grippe aviaire gagne autant de terrain que la folie furieuse.

N’ayons pas peur de critiquer la dinde et de fourrer les intolérants - à moins que ce ne soit le contraire – amis lecteurs, dessinateurs, chers collègues, écartons les cygnes ostentatoires, bannissons les interdits, jouissons de nos libertés sans demi-mesure, ne coupons pas la poire en deux, fendons-nous la !
"

lundi 19 novembre 2012

Un strip et une critique

Un nouveau strip des Grands Moments de Solitude de Michaël Guérin (saison2) ici.

prevS02S46.jpg

Et une critique bien sympathique du tome 1 ici.

- page 3 de 17 -